Category Archives: Blog

Posinega : ma vision

Chouette d’être ado?!

On entend souvent dire que les ados sont difficiles : ” Il rentre dans l’adolescence, prépare-toi au pire “. Les ados peuvent vivre des événements très difficiles, les concernant directement ou concernant leur entourage. Ils peuvent donc agir par moment de façon insupportable, mais ils ne sont pas pénibles ! Nous avons tendance à oublier ce que c’est que d’être un jeune adolescent…

Les boutons !

L’enfant subit de nombreux changements biologiques, il grandit, se développe, attrape des boutons alors que les hormones font leur petit ménage… Il doit s’habituer à ce corps et apprendre à vivre avec, que ça lui plaise ou non.

Il y a du désordre dans ma tête

Son mode de penser s’adapte, le cerveau est en pleine réorganisation. A nos yeux ça ressemble à un chaos total (pareil à sa chambre) mais ce n’est pas toujours très clair pour eux non plus. Pas à pas, ce chaos se transforme et s’organise. Il est essentiel que nous ayons du respect et de la compréhension pour cette étape pleine de changements. “Tu peux faire encore de nombreuses erreurs, elles ne font pas de toi une erreur !”

Se creuser la tête et beaucoup penser !

L’ado se tracasse encore pour tout et n’importe quoi, pour son apparence, son caractère, ses capacités scolaires, sa vie sentimentale, la vie et la mort au point de se poser des questions qui font mal et qui heurtent. Ses pensées négatives ne le lâchent plus et déterminent sa façon de penser et d’agir. Il n’a pas encore la force de s’y opposer avec fermeté et assurance. Il doute de lui-même et il se juge sous un mauvais jour. Les autres font tout mieux que lui, sont plus heureux, sont plus beaux, plus à l’aise et plus malins. Ses pensées négatives peuvent parfois donner l’impression de devenir ” fou “.

Un bon sentiment, un compliment !

Heureusement, nous avons tous hérité de nos parents une image positive de nous-mêmes. Nous oublions ou ne pensons simplement pas au fait que l’on puisse penser positivement sur soi-même malgré un comportement difficile. Avec Posi et Néga, nous apprenons comment arriver à croire en soi et tout les trésors qu’on porte en soi. Nous l’avons oublié, n’y avons plus pensé ou ne l’avons même jamais appris !

Nous savons y remédier !

Le but est qu’avec notre voix positive (Posi) nous puissions avoir une emprise sur notre Néga, ne plus nous laisser faire et commander par notre voix négative. Nous désirons à nouveau être maître de nos sentiments ; ce n’est possible qu’en remettant Néga à sa place au lieu de lui obéir sans réfléchir et de le laisser faire. Nous rendons à Néga la place qui lui convient. Il n’a pas à diriger notre vie, nous le faisons par nous-même !

Posinega : approche

Comment je m’adresse aux ados

Les clefs pour la discussion avec les ados

La méthode :

Il est essentiel que les ados qui veulent sérieusement être pris en charge soient mis à l’aise et fassent confiance au thérapeute, qu’ils se reconnaissent dans les exemples donnés. C’est pourquoi il est important de traduire concrètement nos connaissances théoriques de la psychologie et celles acquises par de nombreuses années d’expériences dans le domaine de la thérapie comportementale cognitive et de les transposer vers la pratique dans un langage concret et adéquat aux jeunes.

Les explications doivent être accompagnées d’exemples crédibles, extraits de leur univers et de leurs expériences. La connaissance purement livresque ne les intéresse pas, ils ont besoin d’un discours concret et de points de repère. Ces nécessités rendent l’écoute cruciale, nous devons pouvoir nous mettre à leur place et comprendre ce qui les préoccupe. Tel que la mode, leur univers se modifie aujourd’hui très rapidement.

Nous devons les voir régulièrement et les laisser s’exprimer. Tout en leur faisant sentir que cela ne nous fait pas peur et que nous ne craignons pas non plus d’être ridicules, nous devons parler leur langage. Nommer les problèmes sans tourner autour du pot. Mais aussi veiller à ne pas les embarrasser en s’immisçant dans leur intimité, cruciale pour eux. Ils désirent, à juste titre, être respectés. Ils ne sont plus de petits enfants mais de jeunes adultes. Adresse-toi à eux comme si nous parlions à des adultes, avec respect, valeur et dans les règles.

Cette méthode de discussion avec les ados a été testée et très bien reçue à la lecture des réactions qu’ils envoient après une conférence ou un atelier : ” On dirait que vous arrivez à voir ce qu’il y a en nous ” ” Vous m’avez réellement comprise ” ” Vous êtes géniale ” ” Je crois que vous pouvez encore aider beaucoup d’enfants, je me sens déjà beaucoup mieux ” ” Depuis que je vous ai entendue, je comprends que je peux avoir une idée différente de moi ” ” Ca m’a fait du bien ” ” Je ne veux plus juger les autres ” ” J’ai été tellement soulagé de savoir que ce n’est pas parce que j’ai des mauvaises pensées que je suis mauvais ” ” Vous savez nous encourager, vous avez confiance en nous, c’est super important à notre âge “. 

La forme :

On parle directement aux jeunes, ils nous intéressent.

On apprécie de les voir, nous leur faisons confiance et croyons en eux.

Nous utilisons un discours très direct.

Nous dégageons de l’enthousiasme.

Nous vivons et sentons les choses avec eux, nous comprenons leurs questions.

Oser parler de leurs soucis et leur faire se rendre compte que leurs tracas sont tout ce qu’il y a de plus normal sur terre. Leurs problèmes arrivent à tout le monde. “Tu n’es pas fou pour autant !”Tu n’es pas le seul à avoir ce genre de problèmes”. Relativisons ! Nous pouvons les aider en réfléchissant avec eux au lieu de penser pour eux.

Nous donnons de nombreuses illustrations et de nombreux exemples de la pratique quotidienne, la vie de tous les jours. Les anecdotes que nous racontons sont vraies et réellement vécues et non tirées de livres ni de ” j’ai entendu dire que… “. Elles doivent être vraies ! Entourer les exercices pratiques de courts moments d’action afin de donner à chacun la chance d’apprendre quelque chose de bon sur lui-même. Consolider en permanence leur dignité en s’adressant à eux. Utiliser l’humour, les faire rire afin de briser la glace, l’effet est désarmant.

Leur laisser sentir régulièrement combien ils sont importants et quelles chouettes personnes vous avez en face de vous.

Admettre aussi parfois que vous n’ayez pas la réponse à leur question et leur proposer dans ce cas de la chercher ensemble. Les laisser répondre seuls aux questions des autres et les soutenir dans cette recherche.

Leur montrer concrètement comment sévir contre son Néga et combien de plaisir et de jouissance notre Posi peut nous donner !